Itinérance sur des chemins au soleil

Par Laure et Fabien

L’itinérance à VTT, c’est le pied.

C’est à partir de ce postulat maintes fois vérifié que nous ressortons les porte-bagages spécial VTT éprouvés 5 ans plus tôt (déjà !!!) sur notre rocambolesque traversée Modane – Chamonix.

Cap vers le Sud cette fois, à l’aide de nos fidèles montures – les Rockriders 8.2 – et de nos amis avec qui nous avions déjà rapidement flirté : les Chemins du Soleil.

L’itinérance à VTT, ça commence quand même par des sacrifices : il faut arriver à faire tenir toutes les affaires sur des portes bagages dont la solidité est incertaine et dans des sacs à dos pas trop gros. Adieu donc les 500g de cacahuètes réglementaires (remplacées par 100g seulement !) et les matelas, et bienvenue aux duvets  « Risk +15°C ».

 1ere étape : (Lyon -) Veynes – Barcillonette – 20 km, D+400m

Départ en début d’aprèm de Lyon et arrivée à 18h à la gare de Veynes, il fait grand beau, chose presque incroyable en ce mois d’août !
P1000297

Le périple commence avec la nouvelle passion de toute la BBT : une portion de vélo sur route, avec un mini col à passer sur la D20 toute choupi pour rejoindre notre 1er bivouac.
P1000304

On se trouve un petit champ IDEAL quelques centaines de mètres avant Barcillonnette, on se fait cuire des chipolatas pendant que les sangliers rentrent dans la forêt et on passe cette première nuit tant bien que mal par 8°C (cf. la température Risk de nos duvets).
P1000308

 2ème étape : Barcillonette –Sainte Colombe – 60km – D+1700m

Bien contents d’avoir trouvé un emplacement à l’Est pour profiter des premiers rayons du soleil, on plie rapidement bagages et on retrouve après quelques coups de pédales le balisage rouge qui ne nous quittera (presque) plus jusqu’à Draix.

D’entrée on retrouve tous les ingrédients du parcours : des montées sur pistes roulantes et des descentes sur single plus ou moins techniques. Il n’y a qu’à faire chauffer les cuisses en montée, rester à l’affut du balisage et gérer sa conduite en descente !
P1000312

Le passage du Pas de Roche Courbe est technique sur quelques mètres seulement et ensuite ça déroule. RAS techniquement sur le reste de l’itinéraire.
P1000322

P1000325

Pic-nic en mode panini-frites au bord du lac artificiel du Riou (merci EDF), puis c’est l’heure du choix. Car oui, ce qui est bien avec moi, c’est que globalement y a toujours le choix sur les itinéraires (huhu). Et là, nous avions le choix entre une option à la cool et une option aventure: « On a le choix hein ? Mais bon, sur l’option aventure, dans le topo ils disent que c’est la plus jolie partie sur des beaux singles en crête, alors que dans l’option cool, on reste en fond de vallée sur de gros sentiers ». Voila comment un choix n’en est plus vraiment un, et que Laure se fait embarquer sur la 2ème option qui consiste à rejoindre l’autre itinéraire des Chemins du Soleil (le Grenoble – Sisteron au lieu du Valence – Gap – Sisteron) au niveau d’Orpierre via quelques kilomètres de route seulement à partir d’Eyguians 🙂

Ce choix aurait cependant pût tourner court puisque un de mes pneus s’est éventré dès les premiers mètres. Heureusement il y a à Eyguians un magasin de motos qui a également tout ce qu’il faut pour les VTT (attention en revanche le réparateur indiqué dans le topo des chemins du Soleil à Orpierre a fermé cette année).

Il y a aussi une très bonne charcuterie qui fait des petites chipolatas au piment d’Espelette tutti frutti parfaites pour accompagner la semoule au diner.

VTT réparé et repas du soir empaqueté, la montée jusqu’au col de Benayes passe crème. On trouve un emplacement de bivouac nickel quelques mètres après que l’itinéraire ne quitte la piste forestière descendant sur Sainte Colombe. Seul bémol, c’est orienté Nord-Ouest et on s’est bien caillé !
P1000346

 3ème étape : Sainte Colombe – Peipin –55 km – D+ 1400m

Cette fois on a pas les rayons du soleil pour nous réchauffer, mais une bonne petite montée jusqu’au point 1199m de la montagne de Chabre : un raccourci astucieux qui permet de s’offrir une super descente en single à flanc de montagne directement jusqu’au col de la Croisette, évitant ainsi de passer par le col Saint Jean.
P1000347

La partie ludique se poursuit ensuite sur les Chemins du Soleil jusqu’à Barret sur Méouge.
P1000349

La portion suivante mérite ses quelques suées : la montée au Pic de Saint-Cyr et le portage final sont largement compensés par la superbe descente sur la crête puis dans la forêt jusqu’aux gorges de la Méouge. Très probablement la plus belle section de ces 5 jours !
P1000350

P1000353

P1000361

P1000378

Le temps d’oublier toute notion de solitude durant le pic-nic et la baignade dans la Méouge (moult vacanciers tatoués et très bronzés, verre de pastis à la main, pas de doute on est dans le sud), et on se remet en selle : il reste encore du sentier pour rejoindre Sisteron, et comme on n’a pas vraiment pensé à réserver de gîte pour un 15 août, on gagne même la chance de prolonger la journée d’une section jusqu’à Peipin J

Passage à Sisteron pour la traditionnelle pinte de bière de toute traversée VTT qui se respecte et on affronte ensuite joyeusement la dernière section de la journée pour atteindre Peipin ou se trouve notre gîte.

Le gîte la Fenière ne fait d’apparence pas rêver au milieu d’une zone industrielle à quelques centaines de mètres de la nationale, mais nous avons eu un accueil et des digestifs au top avec Raymond et Denise et leurs supers gnoles au thym et à l’hysope (bon pour les mollets qu’il disait…).

4ème étape : Pepein – La Treille –  35 km – D+ 800m

Reveil avec un certain mal de tête…On s’en fout aujourd’hui c’est tranquille !

Enfin tranquille, c’était sans compter sur la section la plus incompréhensible de cette partie des Chemins du Soleil : 4 km forts peu roulants (= de portage-poussage) dans une pinède même pas jolie en sortie d’Aubignosc, on a pas compris et on a bien pesté !

La suite de l’étape est cadeau mais pas (w)ouf’(w)ouf’ avec du plat, une montée tranquille-mimile au col des Pénitents et une descente pas super intéressante sur piste jusqu’à Mirabeau. Cette section en 3 mots : aride, piste, mof.
P1000390

On arrive ainsi frais comme des gardons au « Jurameau », LE village de toute la famille Juramy qui nous accueille à bras ouvert pour un après-midi et une soirée d’ode à la gastronomie !

5ème étape : La Treille – Draix – 50 km – D+ 1200m

Le ventre bien remplis, on roule gentiment jusqu’à Dignes.

On décide de shunter une portion qui semble peu roulante et on monte à Entrages par la route (le vélo de route : l’avenir de la BBT on vous dit !).

L’itinéraire est ensuite très joli dans ces fameuses « Te’’es Noi’es ».
P1000403

P1000422

Rapide passage par Arcail, où le café du Couar sur lequel on comptait pour nous ravitallier en houblon est malheureusement fermé malgré plusieurs tentatives de tintage de clochette.
P1000426

On remonte en selle un peu déçus et on stoppe finalement les machines à la sortie de Draix, dans un emplacement encore maxi coussinet pour le bivouac, et on se souvient avec nostalgies des repas précédents en inaugurant l’alimentation à base de lyophilisés.
P1000428

On reviendra dans quelques années pour poursuivre jusqu’à Nice !

6ème mini-étape : Draix – Dignes – 14 km – D+ 0m

La portion sans intérêt sinon que de récupérer des transports en commun pour rentrer sur Lyon. Attention : les cars régionaux facturent 6,5€ par VTT en soute. On aurait préféré les mettre dans une pinte de bière avec quelques cahuètes J

Publicités