19 Janvier 2013 : On a un alibi, on était à -censuré-

Par Rémy, avec Peter, Palmito et Paul.

Comme les coins à powpow, c’est comme les coins à champignons, le nom de notre destination de ce samedi est tenu secret. Notre petite station cosy a tenu ses promesses, avec une neige validée et des hors-pistes toujours aussi peu tracés…

Publicités

29 décembre – 6 janvier 2013 : Bim Bim Italian Dolomythic Outdoor Odyssey (BBIDOO)

Et c’est parti pour une semaine dans les Dolomites pour non moins de 12 bobets : Puj, Arnaud, Flo, Chloé, Tic-Tac, Greg, Ribo, Peter, Palmito, Marco, Jy et Rémy.

Il n’y aura pas la poudreuse tant attendue, mais en contrepartie des pistes bien préparées et surtout des couloirs en conditions !

Notre camp de base au Passo Campolongo nous offre de multiples possibilités pour skier aux alentours.

J1 : Ski en bande à Arabba-Marmolada.

Prenez 12 Bimbims, dont chacun a veillé a porter des couleurs plus bigarrées que son congénère (même Ribo), et équipés des skis les plus larges et les plus longs de la contrée.

Lâchez-les simultanément sur les pistes d’Arraba.

Vous obtiendrez assez rapidement une grosse dose de dicounade 🙂

United Colors Of Bim Bim Team

United Colors Of Bim Bim Team

Pour le reste, grosse journée de station, 11.000m de déniv, découverte de quelques hors-pistes pas pire, mais les conditions ne sont pas là. Par contre, le soleil et les paysages, eux, ils sont présents !

Et puis bien sûr, on ne fait pas du ski dans le Süd-Tirol sans profiter de l’ambiance des après-ski 🙂

Après-ski ! Après-ski !

Après-ski ! Après-ski !

2 : Rando au Piz Boé et Piste à Alta Badia

Une partie de l’équipe part en rando aujourd’hui. Direction le Piz Boé par le Val Mesdi, un magnifique vallon qui mène au point culminant de la Sella Ronda.

Ambiance dolomythique dans le Val Mesdi.

Ambiance dolomythique dans le Val Mesdi.

Après la looongue remontée du vallon, mais dans une ambiance incroyables oppressés par ces parois impressionnantes, on accède au plateau du refuge Boé.

Une belle traversée et une arête nous conduisent au sommet du Piz Boé. Vue assez folle sur les alentours.

Piz Boé, summit !

Piz Boé, summit !

On tente un itinéraire de descente qui nous mènera droit dans une via ferrata. Pas grave, on a les crampons.

Une fois les skis rechaussés, on peut se laisser glisser vers l’entrée du couloir du Val Mesdi.

Force Puuuuj !

Force Puuuuj !

Ledit couloir est en neige souple, idéal :). Le ciel est rose. Le ski dans le Val Mesdi l’est moins, avec de la neige hautement perfectible (ou dégueu, au choix). Pas grave, une belle rando de 1700m sans croiser grand monde, la journée est validée.

Le Val Mesdi, c'est fini.

Le Val Mesdi, c’est fini.

Et puis on skie, on skie, mais ce soir c’est le réveillon et tout !

Du coup on mange local : tartiflette, et on sabre le champagne pour tenir péniblement jusqu’à minuit. Car on vieillit.

J3 : Les couloirs du Sass Pordoi

Comité restreint pour explorer quelques itinéraires au départ du téléphérique du Passo Pordoi. Greg, Flo et Rémy s’y collent.

Le premier couloir du jour est le Canale Joel, facilement visible depuis la route.

Le pitit corridor sur la droite.

Le pitit corridor sur la droite.

Une fois à l’arrivée du téléphérique, il suffit de remonter quelques dizaines de mètres pour atteindre l’entrée. Sa facilité d’accès fait qu’il est assez couru, et vu qu’il n’a pas neigé depuis un certain temps, les conditions ne seront pas faciles !

Superbe couloir, mais neige béton et bosselée !

Superbe couloir, mais neige béton et bosselée !

C’est reparti pour un tour de benne, avec maintenant en tête le Canale Col Alton, repéré lors de notre première montée. Pour cette fois, il va falloir coller les peaux, pour l’incroyable dénivelé de 200m…

Canale Col Alton : beau.

Canale Col Alton : beau.

On passe sous le Piz Boé gravi hier. Au passage, on monte quelques mètres supplémentaires pour s’octroyer un magnifique champ de poudreuse (assez rare pendant ce séjour), une affaire !

Puis on plonge dans le couloir. Celui-ci est moins tracé et la neige y est moins pire.

Ambiance dans le Canale Col Alton

Ambiance dans le Canale Col Alton

La suite de l’itinéraire se passe dans le Val Lasties. On passe au pied du fameux couloir Holzer, le niveau 2. Se motivera-t-on pour l’affronter cette semaine ?

Arrivé à la route, on envoie notre atout charme faire du stop pour retourner au Passo Pordoi. Le ciel s’assombrit, mais il reste assez de temps pour une troisième descente. On jette notre dévolu sur le Canale delle Torrette, qu’on espère secrètement trouver en neige de printemps.

Mais la neige de printemps, un 1er janvier à 16h30, pas sûr que ça existe. On se retrouve sur une pente d’accès expo en neige croûtée dégueu, pour arriver dans un couloir caché qui nous ramène sereinement à la voiture. Le ski au coucher de soleil, c’est beau.

Canale delle Torrette.

Canale delle Torrette.

J4: La journée de la glace (ou de la louse)

La météo est maussage aujourd’hui. Greg, Flo et Chloé trouve de quoi occuper dignement leur journée et vont tâter du glaçon.

Chloé, une cascade de glace, une rivière. Faites intéragir ces trois éléments.

Chloé, une cascade de glace, une rivière. Faites intéragir ces trois éléments.

Le reste de la troupe cherche une activité atypique : la patinoire de Badia semble offrir la possibilité de pratiquer le curling !

Mais chou blanc, la patinoire (un lac en fait) est fermée. On tente de visiter un musée, fermé aussi, avant de faire le deuil de notre journée, de déguster une pizza au top, et d’écrire nos cartes postales.

J5 : Cortina d’Ampezzo

 Le ski, c’est reparti. On se refait une bonne journée tous les douze, à Cortina cette fois, la Courchevel des Dolomites…

Cortina d'Ampezzo

Cortina d’Ampezzo

Un domaine magnifique se dévoile à nous, sous un grand soleil. Les pistes sont encore une fois bien préparées, et il y a de la pente. On trouve quelque hors-pistes, mais ça engage un peu…

Alors on skie « tranquilement » sur les pistes. En fin de journée, Flo, Greg, Puj et Rémy descendent chercher les crampons pour accéder à un itinéraire repéré derrière le Bus de Tofana. Il s’agit de traverser un trou à travers la roche pour atteindre un vallon secret.

Bus de Tofana.

Bus de Tofana.

Derrière l’orifice, une jolie pente en neige exigeante ! Difficile de skier, mais l’ambiance sauvage est bien là (même qu’on croise un chamois tout bidou).

Ne reste plus qu’à tenter de dégotter un bar après-ski à Cortina entre deux hotels quatre étoiles et deux boutiques de luxe… C’est une réussite puisqu’une serveuse pétillante nous offrira de quoi accompagner nos pintes de blonde (en grande partie grâce à l’italien de Peter).

 

J6 : Le Holzer…

Le couloir Holzer, voilà bien longtemps qu’on l’avait repéré. Ce n’était pas vraiment à l’ordre du jour de ce voyage vu l’époque. Mais on a pu estimer les conditions ces jours-ci : niveau stabilité c’est sérénité maximale, et le remplissage devrait être ok.

Seulement voilà, on s’est déjà fait sanctionné par des 4.1 en neige béton et bosselée. Alors le doute nous habite pour s’engager dans du 5.1. Mais allez, il est orienté nord, il est abrité, il a neigé 10cm et il devrait être moins couru que ses voisins…

Pis au pire, on descend en crampons.

Alors, l’accès au Canale Holzer est très technique : il faut aller au Passo Pordoi, payer 8€, prendre le téléphérique, chausser, traverser environ 50m. Et voilà !

Sur le parking nos voisins enfilent baudrier et préparent les cordes. Hop hop, on se dépêche de passer avant eux. Bien nous en a pris.

Puis c’est parti. Looongue approche (2 minutes), loooongue ascension (5 minutes), loooongue traversée (1 minute).

Et on plonge dans le couloir, dont l’entrée de fait pas rigoler, puisque que l’itinéraire semble nous aspirer droit dans le vide.

Plongeon vers le Holzer.

Plongeon vers le Holzer.

Arrive la partie la plus raide, que l’on passe sans encombre. La neige est resté souple, il n’y a pas de trace, c’est parfait, et c’est BEAU. 400m de paroi nous surplombent de chaque côté.

Un petit rappel, puis c’est de nouveau du grand ski, dans une neige toutefois pas toujours facile.

Greg en rappel.

Greg en rappel.

Alors du coup, on est content.

Dans ces cas là, on peut parler de "couloir" il me semble.

Dans ces cas là, on peut parler de « couloir » il me semble.

Et pour continuer sur cette lancée de sport extrême, on récupère Chloé à l’appart pour aller faire du patin à glace à Corvara !

Conclusion :

Les Dolo, c’est beau.

La Bim Bim Team, on rigole.

Bonus :

En bonus, la Bim Bim Team vous envoie de bons baisers de Venise, ou elle a pu apporter un peu de couleurs.

Vénise Vénise.

Car il n’y a pas que le ski dans la vie.

Vénise c'est bidou.

Vénise c’est bidou.

A bientôôôt !