Agua na Boca : récit d’une journée d’escalade à Rio

J’avais pain (Pao), endives (endivias) et sucre (açucar) à caler dans un titre, mais j’y suis pas arrivé donc j’ai tenté un effet de style protéiforme 🙂

De passage à Rio avec Laure, au début de nos vacances, je compte bien assouvir une envie née il y a 7 ans lors de mon précédent passage au Brazioul : grimper le Pain de Sucre!

Le coup était évidemment prémédité, et nous avons donc tout le matos nécessaire dans nos sacs. Un petit coup de bus depuis le (feu) fatou appart’ de Chloé – merci pour l’hébergement!!! – et nous voilà au quartier d’Urca entre océan, mer et rocher, direction la voie des italiens (si vous voulez les topos vous êtes grands hein : suffit de chercher sur C2C).

Malgré ses cotations à la limite de notre modeste niveau, nous avons finalement préféré cette voie à une autre moins dure en apparence (Iamenja) mais avec un itinéraire plus tortueux – en témoigne la vidéo trouvée la veille sur le net montrant un groupe de brésiliens sortant à la nuit à la frontale après s’être perdus au milieu des plantes grimpantes 🙂 Et puis grimper à l’aplomb du téléphérique, c’est la classe!

Un approche rapide en forêt, qui permet de croiser quelques singes et reptiles, puis 6 très belles longueurs sur ce rocher si caractéristique du Brésil – dit le rocher à grattons qui fait mal aux pieds mais pas aux bras. Les points ne sont finalement pas si espacés que ça (c’est typé « montagne » quoi, mais sans plus) et la grimpe et la vue valent largement le déplacement du matériel. Extra!!!

Une ascension sans encombre, donc, si ce n’est une légère modification d’itinéraire en milieu de voie dans ce qui devait être la longueur facile:

« – c’est pas du 4c ça, si?

– non, je me suis planté, on est dans la variante en 6a ^^

– ah, bah je fais un pied-main sur le clou alors! »

Arrivée juste sous la plateforme du téléphérique, tel des alpinistes sortis de l’arête des Cosmiques à l’Aiguille du Midi devant les japonais, avec en récompense la descente en télé offerte. Une affaire.

La région de Rio (Parcs de Tijuca, Itatiaia, Serra dos Orgaos) compte des dizaines (centaines) de grandes voies tout aussi chouettes. De quoi facilement remplir un trip grimpe, arrosé de caïpirinhas agrémentées de coxinhas!

Tudo bom 🙂

Après L2, c’est gagné!

Presque plus sympa qu’une séance au mur de Champagne.

Le téléphérique, c’est surfait.

La face

Sous les rochers, la plage.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Agua na Boca : récit d’une journée d’escalade à Rio »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s